Menu

Aménagements successifs du noir

Belgrade: ville blanche, ville noire

Ces photos ont été prises à Belgrade ces deux dernières années. Belgrade, autrement dit "la ville blanche", la capitale du pays que j'ai quitté il y a dix ans, écoeurée par la violence des années quatre-vingt-dix, qui n'en finissait pas. Belgrade où je suis revenue un peu par hasard, un peu par envie, entremêlés d'espoirs et d'appréhensions.

Tout de suite j'ai eu besoin de marcher, marcher, arpenter, observer. Comme pour confronter des peurs. Je suis partie à la recherche de quelque chose sans savoir de quoi; mes pas toujours incertains, déterminés pourtant.

Et voilà ces images gorgées d'encre noire.

"La femme attend que la nuit tombe. Tout le jour, à ses fenêtres, au deuxième étage de l’immeuble, les rideaux restent tirés. L’homme en bas se demande si c’est vrai qu’elle est là, s’il n’a pas rêvé qu’elle était revenue. Et puis la nuit tombe. Partout les lumières aux fenêtres s’allument. La femme descend. Elle jette un regard à la ronde, comme pour s’assurer que tout est bien désert. Pendant une fraction de seconde ses yeux fouillent l’obscurité, scrutent le trou noir du porche où se cache l’homme."
Sylvain Prudhomme, "Aménagements successifs du noir" (extrait).